Photographies

Installations

Vidéos

Collectif “Perceptions photographiques”

Conférences

Biographie

Contact

 

.

LISTE DES CONFÉRENCES

 

Petite histoire du portrait
Si révéler une part d’invisible constitue la quête du portraitiste, les moyens pour y parvenir varient selon les époques et les styles.

Petite histoire du paysage
Entre description et contemplation, l’art du paysage donne à voir, à découvrir ou à rêver. Après avoir dressé un inventaire illustré de la réalité et s’être détaché des conventions picturales, les photographes vont chercher des formes d’expression susceptibles de proposer de nouvelles visions du monde.

Petite histoire du reportage
« La photographie c’est le reportage, tout le reste est peinture.» disait Boltanski. De tous les genres photographiques, c’est le seul qui n’existait pas avant l’invention de la photographie. Les grands reporters ne sont jamais des témoins passifs ou objectifs : ils s’engagent dans leurs images et nous proposent une certaine lecture des évènements.

Petite histoire du nu
Le nu comme genre artistique ne date pas de l’invention de la photographie. Elle en a pourtant profondément modifié l’approche. Feuilleter l’histoire du nu photographique des origines à nos jours c’est peut-être assister à une libération progressive du regard.

Peinture et photographie
La photographie est elle un art? Cette question tenant à la double nature de la photographie (imagée et technique) est au cœur des relations complexes entre peinture et photographie : deux siècles de concurrences et de connivences.

Initiation à la sémiologie de l’image
« Les analphabètes de demain sont ceux qui ne sauront pas lire une image » écrivait Moholy-Nagy en 1920. Quelques notions simples pour apprendre à lire, déchiffrer et décrypter les images fixes.

“L’Instant décisif”
Du reportage classique à la photographie plasticienne en passant par le portrait, nous verrons comment les photographes se déterminent par rapport à ce choix de « l’instant décisif » théorisé par Henri Cartier-Bresson, certains privilégiant les « moments forts » d’autres au contraire aujourd’hui lui préférant des instants de flottement voire de passages à vide.

Le Récit en images
De la chronophotographie de Muybridge et Marey au roman photo en passant par les séquences et les mises en série, autant de manière pour l’image fixe de raconter des histoires.

Le texte et l’image
Si comme on le dit « une image vaut 10000 mots » on peut aussi faire dire beaucoup de choses à une image. Textes, légendes, écritures permettent d’en réduire la polysémie ou de dire ce que, muette, elle ne peut exprimer.

Le photomontage
Face aux « preneurs » d’images, certains photographes préfèrent les fabriquer. Les différentes écritures du photomontage. Du constructivisme à l'image numérique. Photographie / réalité ou simulacre. Photos montées / photos truquées.

La photographie révélée par l’objet
« Objets inanimés avez-vous donc une âme? »
Parcours dans les différentes manières d’aborder l’objet inanimé par la photographie. Natures mortes, vanités, assemblages, détournements, etc.

Fiction et réalité
Dans l’histoire de la photographie on oppose souvent le réalisme documentaire à la mise en scène et au simulacre. Mais plutôt que de les opposer il nous parait plus intéressant d’établir la part de fiction qu’il y a dans tout projet documentaire puisque comme le dit si bien Ciro Bruni : « La réalité n’est qu’une fiction, la photographie en est la preuve »

Jeux de lumière et autres ombres au tableau
L’ombre que l’on oppose souvent à la lumière comme la mort à la vie est partie prenante de l’écriture photographique.
Nous nous attacherons dans cette conférence à cerner tous les aspects de cette dialectique du clair et de l’obscure, tant du point de vue technique, sémiologique, mais surtout métaphorique puisque toute photographie n’est finalement qu’une tentative désespérée de conserver la trace lumineuse des vivants dans le royaume des morts.

Les métissages de la photographie
La photographie, prise dès son invention sous le feu des attaques de Charles Baudelaire lui assignant la place « d’humble servante » n’a cessé d’hésiter tout au long de son histoire entre deux postures : la revendication de sa spécificité, de son histoire propre, et une attitude d’ouverture et de dialogue avec d’autres formes d’expression.
Cette conférence a pour but de proposer un parcours dans un certain nombre d’œuvres contemporaines majeures où se jouent des rencontres fructueuses entre peinture, sculpture, littérature, cinéma et photographie.

Livres de photographie/ Livres de photographe
Certains photographes privilégient le livre comme support de leur œuvre. Par des choix de format, de papier, d’impression, par le rythme induit par la mise en page, par le dialogue qui s’instaure entre le texte et l’image, le livre est un véritable support de création qui permet une lecture particulière d’un corpus d’images.

L’autoportrait et les fictions du moi
Quelle que soit la manière dont il « s’en-visage » ou se « dé-visage », l’autoportraitiste se trouve toujours pris dans un jeu de miroir, de dissociation de l’acte photographique, de distanciation vis-à-vis de lui-même, provoquant une série de « situations fausses » dont il ressort rarement indemne. Car ici comme dans l’exercice autobiographique ce qui fait l’intérêt du genre c’est l’inévitable écart qui s’installe entre soi et soi, parfois jusqu’à perte de vue…

Photographes voyageurs
A l’heure où le tourisme de masse transforme trop souvent le voyageur consommateur en une machine prédatrice à photographier, cette conférence présente une relation résolument alternative à cette connaissance du monde. Ces photographes voyageurs à l’instar du « clochard céleste » prôné par Jack Kérouac conçoivent leurs appareils de prises de vue comme des carnets de route dans lequel chaque image réalisée constitue une trace visuelle d’un véritable cheminement intérieur.

L’intime et le secret
Toute photographie nous livre un secret : celui d’un être, d’un paysage, d’un nu, d’un événement, d’une émotion, qu’elle nous reporte, nous rapporte… Toutes ces petites ou grandes choses qui, sans l’indiscrétion du photographe, serait restées voilées, cachées, privées, tombées dans l’oubli avant même de sombrer dans le domaine public.
Quelques grands photographes nous livrent ici leurs secrets.

Photographier la ville
Depuis la première photographie de Daguerre représentant le boulevard du Temple à Paris, le paysage urbain a toujours fasciné les photographes. Regards esthétiques ou au contraire critiques, attention portée sur l’architecture ou sur la vie des rues, approches poétiques ou documentaires, de jour comme de nuit, tous ces points de vue participent à enrichir notre réflexion sur la notion de « territoire habitable » et des conditions du « vivre ensemble ».

L’Humour des photographes
Avec l’image fixe même s’il est plus difficile de provoquer « l’éclat de rire » comme au cinéma, médium qui a l’avantage par la continuité temporelle d’exposer la montée des circonstances, le photographe peut en jouant sur le point de vue, le cadrage et l’instant de la prise / surprise, mettre en boite des situations au pouvoir humoristique certain.

Les troubles du cadre
Les photographes et les artistes évoqués ici explorent un langage singulier qui nous sort de nos habitudes de spectateur : plutôt que d’accepter l’évidence de ce qui est montré, le regard se focalise sur le processus de fabrication, sur la structure du médium photographique lui même. Ainsi tout cela aspire-t-il à tromper l’œil du visiteur : le hors champ, les dispositifs, le cadre et le décadrage, le fragment, le reflet, l’ombre, la surimpression, le basculement du point de vue troublent la première lecture et invitent le spectateur à y revenir à deux fois.

Extérieurs nuit
Photographier c’est écrire avec la lumière et pourtant l’image photographique se forme dans l’obscurité d’une boite noire. De même quand il développe et tire l’image latente le photographe s’enferme dans l’obscurité de son laboratoire.
C’est peut-être ce noir nécessaire à l’apparition de l’empreinte lumineuse qui attire certains photographes vers la nuit et ses atmosphères... Le paysage que l’on croyait connaître devient tout autre et c’est à tâtons qu’il y cherche son chemin profitant d’un peu de lune ou de quelques étoiles pour révéler et réveiller tous les fantômes présents dans la nuit blanche.

L’avenir du passé : La photographie à l’ère de la post-modernité
Dans le champ de l’art, la photographie a longtemps tenu a son histoire propre... Un « art moyen » pour reprendre l’expression de Pierre Bourdieu, longtemps complexée par rapport à sa grande sœur la peinture.
Or l’art depuis les années 60 est devenu hybride et profondément hétérogène et de nombreux plasticiens utilisent aujourd’hui la photographie pour non seulement re-présenter mais surtout interroger et revisiter l’histoire de l’art. Dans ce contexte l’imitation, l’ironie, le pastiche, la citation sont des procédures utilisées par les artistes postmodernes. Cette conférence propose un parcours visuel dans ces œuvres qui se nourrissent d’œuvres passées pour en proposer de nouvelles lectures.

La photographie de famille
« Menteuse par omission la photo de famille n’est conviée que pour ces bons moments qu’elle transforme en bons souvenirs » Pierre Bourdieu.
Histoire de l’album de famille suivie d’œuvres de photographes qui le détourne à des fins créatives ou conceptuelles.

Mai 68
Cette conférence-projection se propose de décoder un certain nombre d’images de mai 68 en comparant les démarches de quelques grands photographes qui ont couvert l’évènement ou en les mettant en résonance avec des photographies emblématiques d’autres soulèvements populaires comme la Commune de Paris, le Front populaire ou la Libération de Paris.
Histoire de voir… comment s’est construit dans la mémoire collective ce moment important de notre histoire et de comprendre le rôle de la photographie dans la création d’une mythologie révolutionnaire.

 

C O N D I T IO N S

Chaque conférence est largement illustrée par des projections de photographies et nécessite une salle équipée d’un vidéoprojecteur.
Elles sont prévues pour une durée de deux heures.


TARIFS

Sur Toulouse : 150 euros
Hors région :  200 euros + frais de déplacements

Contact : dominiqueroux31@hotmail.com